L’HOMME ET SON MILIEU AU GROENLAND : LE MILIEU QUI AGIT SUR L’HOMME

Vivre en Arctique par Pascaline Bourgain

Depuis que les premiers hommes sont arrivés au Groenland, probablement 2500 ans avant J.-C., ils ont dû s’adapter à un climat extrêmement rigoureux et des ressources alimentaires rares pendant l’hiver.

Bien que différentes cultures se soient succedées (Saqqaq, Independance I et II, Dorset) jusqu’à la dernière migration, celle des Inuit dont les habitants actuels du Groenland sont les descendants, toutes les cultures ont en commun le fait d’avoir systématiquement utilisé toutes les ressources à leur disposition et d’avoir fait des provisions pour les mois d’hiver.
En particulier, le phoque n’était pas chassé en vain car toutes ses parties étaient utilisées pour la survie des hommes : la peau permettait la confection d’habits chauds, la graisse permettait de se chauffer et de s’éclairer, la viande de se nourrir, et les os étaient également utilisés pour la confection d’outils.

On comprend mieux pourquoi Paul-Emile Victor parlait de la « civilisation du phoque »… Aujourd’hui, les moyens modernes ont rendus obsolètes ces usages, mais le phoque reste le gibier de prédilection de toute famille groenlandaise.


En savoir plus :

-La civilisation du phoque, de Paul-Emile Victor et Joëlle Robert-Lamblin
-Les premiers hommes du Groenland, chapitre 3.1 du livre « Le Groenland, climat, écologie, société » aux éditions CNRS.

Chasseur inuit, photographie de 1904